Piccola nota sul film C’est arrivé près de chez vous di Rémy Belvaux, André Bonzel, Benoît Poelvoorde tradotto malamente in italiano Il cameraman e l’assassino

C’est arrivé près de chez vous est un film sur lequel on ne peut pas se taire quand on vient de le
voir. Cela ne suffit pas de dire seulement “c’est bien beau” ou “vraiment terrible”. La vision peut
impliquer chez le spectateur la profondeur du jugement, l’argumentation, la polemique.
On est mis en cause et d’ailleurs c’est vraiment difficile de s’identifier comme un assassin quand on regarde un film.
Ici près de chez nous par contre, c’est impossible de faire autrement. Il faut avouer bien èvidement que dans l’histoire du cinéma c’est rare de trouver un serial killer bipolaire a multiples facettes comme Ben, car il arrive a être à la fois sensible, raciste, cultivé, progressiste et extremement bigot.
Et la structure du film, avec l’alternance entre douceur et violence, sentiment et cynisme, souligne
l’ambiguïté du personnage principal. Au fur et à mesure que l’on va faire la connaissance du
protagoniste la complicité entre lui et la troupe qui tourne le documentaire va augmenter, va devenir plus grande entre eux en créant ainsi même une confusion des rôles qui interroge le spectateur.
On est bien nous, les spectateurs occidentaux, complices de l’assassin? Car la cible èvidente du film est la sociétè du spectacle et ses préjugés plains des contradictions et des stéréotypes.
Jusqu’à quand pouvons nous jouer avec la mort des autres sans rester une victime?
Ces différentes questions n’empêche pas la présence d’une dimension comique dans le film, car on se trouve en face à un long métrage emprunt d’humour malgré les nombreux morts ou bien grâce à eux.
Être assassin est une profession comme un autre: pendant ” la mise à mort” d’un père de famille,
il y a des réfèrences à l’histoire du cinéma, lorsque qu’une vieille dame se fait tuer, on parle de la vie quotidienne; au fond, chaque prétexte est bon pour faire du spectacle. Dans cet univers à la fois morbide et comique, c’est emblématique que Ben et ses amis retrouvent une autre troupe engagée dans ce qui semble être le même travail; le message est simple: raconter la mort ou la provoquer c’est presque pareil. Au-délà des questions éthiques, C’est arrivé près de chez vous affiche son ambiguïté en se révélant un divertissement léger malgré l’épilogue, avec un Benoît Poelvoorde qui signe un éblouissant début à l’aise entre le méchant tueur en série et le poète généreux et philanthrope, brave fils de famille.
Le film gagne le statut de chef d’oeuvre grâce à sa realisation indépendante; celle-ci est insérée dans le scénario pour souligner la générosité de Ben, sa complicitè avec le reste de la troupe et la vraisemblance du documentaire. La pauvreté de moyens économiques du film est transformée dans un subtil jeu de meta-cinéma. Chapeau.

Roberto Oggiano
(Grazie a François Gerardy per l’aiuto)

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...